La victoire en bras d’honneur

(Spéciale dédicace à tous ces journaleux fort inspirés pour les titres au lendemain d’un match France‐Eire pas très planant, contrairement au match aller).

Soccer practice, par woodleywonderworks

Soccer practice, par woodleywonderworks

Ce n’est pas vraiment haut la main que nos bleus se sont imposés face à l’Irlande pour la qualification en Afrique du Sud. Face à des gros bras irlandais, les joueurs français semblaient amorphes, lents, complètement pris de vitesse, parfois perdus, les bras ballants au milieu de terrain.

Les verts avaient le match en main du début à la fin déroulant leur jeu avec poigne : travailleurs, accrocheurs : ils auraient pu gagner à l’huile de coude ce match couperet.

Cela ne fait aucun doute qu’ils étaient les plus forts, et après leur but au Stade de France la victoire leur était promise. Les verts y sont d’ailleurs passé plusieurs fois à deux doigts, c’était sans compter sur un gardien de but français fort inspiré : Hugo Lloris à qui toute l’équipe peut sincèrement dire merci.

Mais voila : l’envie ne permet pas à elle seule de gagner un match. Parfois le talent est plus fort, parfois c’est le sort. On peut dire que ce coup du sort ci aura fait parler de lui. Après Maradonna, Thierry Henry. Le joueur français a adapté au football les techniques du jeu de paume pour permettre à la France d’égaliser, et donc se qualifier au dépend des irlandais.

Les joueurs adverses eurent beau se manifester auprès de l’arbitre, lever les bras au ciel, vociférer, rien n’y a fait : l’arbitre n’a pas vu la faute flagrante quand on accès au ralenti. Le but est accepté, le jeu reprend, le sort est scellé : selon les règles de la FIFA, une fois le jeu repris l’arbitre ne peut plus revenir sur une de ses décisions.

Depuis, chacun y va de son commentaire : moi y compris. C’est vrai que la victoire est honteuse, mais il est difficile de jeter la pierre sur l’arbitre ni même montrer du doigt le joueur français. L’un n’a pas vu l’action, de même que ses assistants, mais aura le mérite de relancer une énième fois le débat sur l’arbitrage dans le foot. L’autre a détourné volontairement un ballon à la main pour permettre à William Gallas d’inscrire le but de la délivrance.

En faisant main basse sur la qualification de cette manière, les français ont déchainé une tempête de commentaires sur internet, à la radio (même sur france inter à tous les journaux), à la télévision, dans les journaux. Et encore, je ne parle que de que j’observe en France !

Désolé de ne pas mettre des gants, mais est‐ce que tout le monde pensait sincèrement qu’il n’y avait aucun acte de tricherie pendant un match de foot ? Est‐ce que les joueurs ne se mettent pas des «poussettes» dans le dos, volontairement, quand l’arbitre ne regarde pas, juste pour déstabiliser l’adversaire ? Est‐ce que tout le monde range ses coudes ? Est‐ce que personne ne «plonge» pour faire croire à une faute dans la surface pour obtenir un tir au but ?

Et maintenant, nos politiques s’en mêlent ! Ils manquerait plus qu’ils créent deux nouveaux courants au PS : pour ou contre rejouer le match, et là on aura décroché le pompon !

Commentaires

4 Comments sur « La victoire en bras d’honneur »

  1. herisson26 dit :

    Bon, quand même, faire poireauter six semaines pour un billet de ce niveau, franchement, tu manques pas d’Eire.

  2. Ghusse dit :

    Fallait oser.
    Bon, pouce pour les jeux de mots !

  3. Tim dit :

    Moi je suis déçu que Ségolène Royale ne se soit pas publiquement excusée…

  4. Ghusse dit :

    C’est vrai que j’y avais pas pensé, mais maintenant que t’en parles…
    🙂

Laisser un commentaire